COP21

Sauver le climat et… la planète

Lutter contre le changement climatique équivaut à faire tout pour sauver la planète, sa flore, sa faune (dont nous faisons partie) dans leur biodiversité. D’où la COP21, car cela ne peut se faire sans d’importantes décisions politiques dans le monde entier. 

 

Si vous n’avez pas entendu parler, ces jours-ci, de la COP21, c’est que vous étiez sur Mars… Mais pourquoi cet intitulé ? Dans les faits, il s’agit de la Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques. Parties ? Les « parties » sont en réalité les 195 États qui ont signé cette Convention-cadre, ce texte étant lui-même intitulé (pourquoi se priver d’un acronyme ?) CCNUCC. COP signifie donc « Conference of the Parties », en anglais bien sûr, donc réunion des États. Cette édition 2015 n’est pas la première, c’est la 21e, et il serait peut-être temps que l’on débouche enfin sur des accords fermes engendrant des mesures efficaces pour endiguer le changement climatique qui devient dramatique.

Le battage médiatique fait autour de cette 21e conférence n’est pas dû à des journalistes en mal de copie. Cette fois, l’enjeu est pourrait-on dire dramatiquement vital pour la planète. L’ambitieux programme sur lequel porte la cop21 a été décidé dès 2011, à Durban, en Afrique du Sud, pour un accord en 2015. À cette échéance, les États devraient signer un nouvel accord international sur le climat, applicable à tous les pays, avec un objectif commun : maintenir le réchauffement mondial sous la barre des 2 °C par rapport à la fin du siècle dernier, et d’ici… 2100.

On l’a vu, les chefs d’État ont été présents à ces folles journées d’ouverture. Ils ne vont pas rester pendant toute la durée (deux semaines) de la COP21. Ce sont les négociateurs des différents pays qui vont plancher. Et, pour éviter ce qui s’est précédemment passé à Copenhague, quand les chefs d’État sont revenus à la fin et ont cru, à tort, pouvoir tout résoudre. Cette fois, ce sont les ministres concernés qui au final ratifieront l’accord.


Climat et environnement

Alors, on ne va parler que du climat, vont regretter certains pour qui l’écologie passe avant tout, lutte contre les pesticides, les produits chimiques, les particules dans l’air, les fumées d’usine.

C’est là que la précision s’impose. Le climat n’est que, globalement, l’aboutissement, la manifestation de toutes les erreurs et les abus que nous commettons, toutes les agressions que nous faisons subir à notre environnement naturel et à notre planète qui débouchent sur une émission de gaz à effet de serre exponentielle. Un peu comme un symptôme en médecine : vous allez chez le médecin à cause d’une douleur au genou, il va alors falloir déterminer la cause, synovite, arthrose, tumeur, fracture, etc., puis prendre les mesures et suivre un traitement. Et le but de tout traitement est de revenir à un état normal, ou tout au moins au plus près de…

En ce qui concerne le climat, si la terre se réchauffe c’est dû à de multiples facteurs, bien identifiés désormais. Notre planète est un peu comme un malade qui aurait un virus, un bacille, des champignons, une intoxication alimentaire, un empoisonnement du sang, un coup de soleil, un traumatisme crânien, etc. De quoi ne pas se sentir bien. Et la Terre, elle ne se sent pas bien, elle n’en peut plus et elle nous le fait savoir. Ce réchauffement, cette fièvre découlent de ces multiples pollutions aériennes, terriennes, aquatiques. Industries (se souvenir de la photo du brouillard rougeoyant de Pékin), moteurs à hydrocarbures, élevage intensif, agriculture chimique, surabondance de déchets sont les principales causes. 

 

Ce n’est pas en écoutant tous les jours les JT que la situation va s’améliorer. Nous devons accepter de changer de comportements et nous prendre en charge pour que chacun de nos gestes soit un geste écoresponsable. C’est plus facile qu’on ne le croit et, surtout, vital.


Sauver la planète

Car la tentation est là. « C’est épouvantable, ces changements climatiques, ces inondations, ces incendies, l’avancée des déserts… mais qu’est que je peux faire ? Rien. » C’est faux, évidemment. À tous les niveaux, collectivités, administrations, entreprises, ménages, tous nous pouvons faire quelque chose chaque jour et, surtout, changer quelque chose.

Loos-en-Gohelle, ville de 6 500 habitants, proche de Lens, en est sans doute un des meilleurs exemples. Une région peut-elle être aussi loin de l’écologie que celle de cette petite ville du Pas-de-Calais ? Et aussi pauvre, avec 60 % des individus non imposables. La région des Gueules noires, de l’exploitation minière du charbon à outrance, sans compter ensuite son utilisation à tout-va. Après l’arrêt des mines, Loos-en-Gohelle a fait le pari de la transition énergétique « pour réparer les séquelles de l’exploitation du charbon ». Troquer les corons contre des arbres et des oiseaux. En 20 ans, la ville et ses environs sont devenus méconnaissables. Oh ! Ils sont toujours là, les corons, doux arrondis désormais assagis et arborant une belle ceinture verte. Et qui est le maire de Loos-en-Gohelle ? François Caron, élu EELV…

Loos-en-Gohelle a vécu de la mine jusqu’en 1986. Même si le travail était dur, s’il tuait son contingent de mineurs avant l’âge, les hommes aimaient la mine, de génération en génération. À la fermeture, ils ont perdu leur identité et leur culture.

Pour amorcer ce virage, les obstacles ne manquaient pas. Tout était pollué, notamment l’eau. On installe alors un système de récupération de l’eau de pluie pour l’arrosage et les toilettes. Le toit de l’église est restauré. Hop ! On en profite pour lui installer des panneaux solaires (oui, ça marche, même dans le Nord !) et la ville revend même des kWh ! Et les maisons, ces fameuses maisons de mineurs ? Ouvertes aux quatre vents, grandes dévoreuses d’énergie. On les a réhabilitées et isolées. Et les immeubles neufs respectent désormais toutes les normes. On a même construit des logements sociaux en bois ! Quant à la friche industrielle (la région est classée au patrimoine de l’Unesco), classée monument historique, elle abrite le centre économique de la transition énergétique qui propose aussi des matériaux écologiques. Et c’est encore à Loos-en-Gohelle qu’a été ouverte la recyclerie qui a fait le tour des médias.

Résultat, la commune affiche un taux de chômage inférieur à celui de la région.

 

À voir l’excellent reportage du Monde sur : http://www.lemonde.fr/societe/visuel/2015/07/23/a-loos-en-gohelle-la-transition-verte-au-pays-des-gueules-noires_4692549_3224.html

 

La transition énergétique ne peut se faire que grâce à la compréhension et à la volonté de tous.


Le climat pas à pas

Devant l’urgence de réagir et la complexité du changement climatique, on peut se sentir quelque peu démuni. Comment faire au quotidien ? Est-ce que cela signifie dépenser plus d’argent ? Quels sont les gestes importants pour limiter les émissions de gaz à effet de serre ?

Sur le site : http://www.cop21.gouv.fr/wp-content/uploads/2015/10/ecogestes_print.pdf

vous trouverez déjà 10 gestes de base.

  1. Ampoules basse consommation (le mieux ce sont les led), piles rechargeables, appareils électroménagers certifiés en économies d’énergie, équipez-vous climat.
  2. Faites comme nos grand-mères, éteignez en sortant d’une pièce.
  3. Éteignez vos appareils, au lieu de les mettre en veille.
  4. Température écolo (et économique !) dans la maison : 19 °C, maximum 20.
  5. Le savez-vous ? Une recherche sur Internet, c’est près de 10 kg de CO2 émis ! Surfez léger ! C’est pour cela que vous trouverez ci-dessous des adresses utiles, on vous fait économiser une recherche !
  6. Fermez le robinet quand vous vous lavez les dents ou vous savonnez, faites la chasse aux fuites. Un robinet qui goutte, c’est jusqu’à 120 litres gaspillés.
  7. Marchez, faites du vélo, prenez les transports en commun, tout sauf la voiture. En métro vous consommez 14 fois moins d’énergie qu’en voiture.
  8. Recyclez vos déchets.
  9. Réduisez votre consommation de papier (déforestation).
  10. Mangez bio de préférence et des aliments de proximité. Réduisez les protéines animales au bénéfice des protéines végétales (légumineuses + céréales complètes, soja bio).

 

La COP21 ne doit pas être seulement un événement, mais une remise en question de chacun de nous.

Site officiel de la COP21 : http://www.cop21.gouv.fr

Pour en savoir plus : 

http://www.francetvinfo.fr/meteo/climat/cop21/l-article-a-lire-pour-comprendre-a-quoi-sert-la-cop21_1063825.html

Sur ce site, l’agenda culturel de la COP21, tout ce qui se passe en France et dans le monde en dehors du Bourget : http://www.artcop21.com/fr/

Si vous habitez ou passez par Paris, le Grand Palais, à deux pas des Champs Élysées, propose une exposition Solutions COP21, manifestation soutenue par le Comité 21 et le Club France développement durable. Tout le programme sur : http://www.solutionscop21.org/fr/la-programmation-de-lexposition-de-solutions-cop21-au-grand-palais-devoilee/


  COP21_LIVRES.jpg

http://www.editions-tredaniel.com/conscience-et-environnement-p-6014.html

http://www.editions-tredaniel.com/la-danse-avec-le-diable-poche-p-3968.html

http://www.editions-tredaniel.com/gilles-eric-sralini-auteur-1695.html

http://www.editions-tredaniel.com/la-revolution-dun-seul-brin-de-paille-p-195.html