LES ANIMAUX ET NOUS
AMOUR ET BIENFAITS RÉCIPROQUES

 L’animal est une personne, titrait une émission ce lundi 23 novembre sur France 3. Ce que les amis des animaux savent depuis longtemps. Les consciences intègrent de plus en plus cette idée, la loi suit peu à peu. Les animaux ont des droits ce qui chaque année est réaffirmé dans de nombreux pays.




2015 voit la dix-huitième édition, le 10 décembre comme chaque année, de la Journée internationale des droits des animaux, version francophone du lnternational Animal Rights Day (IARD). Une date qui est loin d’être due au hasard puisque c’est également l’anniversaire de la Déclaration des droits de l’homme. Les amis des animaux ont ainsi voulu dénoncer l’hypocrisie très répandue qui nie aux « êtres vivants non humains », reconnus désormais chez nous comme dotés de sensibilité, le droit à la vie, à la liberté et à l’épanouissement. Cette journée, par le biais de diverses manifestations et veillées, permet d’alerter et de convaincre l’opinion publique sur les droits des animaux, qui doivent déboucher sur des devoirs devant être respectés par les humains et leurs sociétés. Elle est relayée dans les pays francophones par le collectif International Campaigns. En France, des manifestations sont prévues autour de la date officielle dans diverses villes : Nantes le samedi 5 décembre, Paris à la même date, Nancy le 10 décembre, Lyon, Bordeaux et Le Havre le 12.
Site à consulter : http://www.international-campaigns.org/journee-internationale-droits-animaux/ target=_blank


Amour et respect

Le scandale récent des abattoirs d’Alès a indigné, à juste titre, l’opinion publique. Avoir besoin des animaux pour consommer leur viande, ce que refusent d’ailleurs un nombre croissant d’entre nous, ou à un moindre niveau leurs productions (lait, œufs…), soit. Mais au niveau de l’élevage comme de l’abattage, il est désormais inadmissible de ne pas tout mettre en œuvre pour leur éviter un maximum de souffrances tant physiques que psychologiques. Car oui, l’animal quel qu’il soit est doté de sensibilité, il peut avoir peur, avoir besoin d’affection et d’amour, se sentir abandonné et, aussi, voir venir la mort.

Pour ceux qui refusent tout cela, plusieurs solutions. Le végétarisme ou ovolactovégétarisme, qui exclut la consommation de chair animale, mais accepte les sous-produits, œufs, produits laitiers, fromages… À noter que pour être certain du bon traitement des animaux, mieux vaut choisir l’agriculture biologique qui, dans ses chartes, précise certaines exigences quant au bien-être des animaux à la ferme. Autre solution, le végétalisme, reposant sur la consommation exclusive de végétaux, fruits, oléagineux, légumes, salades, etc. Avec sa version tendance, objet de nombreux ouvrages, le végan. Une façon de s’alimenter séduisante, mais qui demande beaucoup d’expertise pour éviter carences et déséquilibres.

Un des moyens, pour nous consommateurs, de lutter contre les souffrances animales inutiles est de choisir des produits cosmétiques garantis non testés sur les animaux.

Ils nous font tant de bien !

Les chiffres explosent en France, avec 63 millions d’animaux de compagnie (enquête diligentée par la Facco, chambre syndicale des fabricants d’aliments pour animaux), dont 7,42 millions de chiens, 11,41 millions de chats, 35 millions de poissons et 6,43 millions d’oiseaux. On constate que depuis quelques années le chat a détrôné le chien, sans doute à cause de l’urbanisation. L’enquête révèle aussi que pour 44 % des personnes ayant chien ou chat, leur animal est un facteur de bien-être et pour 48 % d’entre eux un contributeur au développement de l’enfant.

On le savait plus ou moins, mais aujourd’hui de nombreuses études montrent de manière évidente tous les bienfaits qu’apporte la présence au foyer d’un ou plusieurs animaux de compagnie. En particulier les chiens et les chats, les premiers domestiqués depuis des millénaires, les seconds plus tardivement. Le caractère félin du chat, son indépendance, la transmissibilité des caractères acquis expliquent les grandes variantes dans leurs comportements. Mais chiens et chats se rejoignent dans les bienfaits qu’ils nous apportent. Un récent sondage révèle que 68 % des personnes interrogées déclarent que la présence d’un animal à la maison est une source de bonheur pour elles. Ce qui, on l’avouera, n’est déjà pas si mal ! Et d’ajouter que prendre soin de lui, le caresser, jouer avec lui leur procure un véritable bien-être. Les bienfaits pour l’enfant sont un peu différents. Pour lui, l’animal est un confident, un facteur d’apaisement et de sécurité. Quant aux séniors, il n’est plus à prouver que la présence d’un animal est un facteur de santé mentale et physique, et un pôle affectif de première importance, la possibilité de donner encore de l’amour et d’en recevoir, et de rompre avec la solitude. Enfin, il est prouvé qu’un animal accélère le processus de guérison chez les personnes atteintes d’une maladie : baisse du taux de cholestérol et de la tension artérielle, diminution du stress, amélioration de la mobilité.

On ne peut que déplorer que tant de personnes âgées, encore aujourd’hui, doivent se séparer de leur animal pour entrer en maison de retraite. Un drame lourd de conséquences.


Veiller à leur bien-être

De quoi a besoin votre animal familier ? Avant tout d’attention et d’amour. Comme vous, comme vos enfants, il est sensible aux paroles affectueuses, aux caresses, aux jeux. Il a besoin de votre présence et de partager avec vous certains moments de câlin ou de jeu. La qualité de son alimentation est également importante. Aujourd’hui les fabricants ont fait de réels efforts et proposent des produits sérieux, élaborés avec l’aide de vétérinaires, et qui apportent certains compléments (taurine, vitamines, minéraux, algues, acides gras, etc.) pour les maintenir en forme très longtemps. On trouve même des aliments pour animaux issus de l’agriculture biologique.
Par ailleurs, si nous sommes de plus en plus nombreux à nous tourner vers les médecins naturelles, nos animaux peuvent aussi profiter de leurs bienfaits. Un certain nombre de vétérinaires ont opté, par exemple, pour l’homéopathie à laquelle ils associent souvent phytothérapie et aromathérapie. Certains pratiquent également, avec succès, l’ostéopathie, l’acupuncture ou encore la balnéothérapie.

Si vivre avec un animal de compagnie peut présenter des contraintes, il convient de les prendre en compte avant de l’adopter. L’abandon est un drame chaque année pour des centaines de chiens et de chats, une souffrance énorme due à un acte criminel.

ANIMAUX_LIVRES.jpg

http://www.editions-tredaniel.com/la-ronrontherapie-p-3799.html

http://www.editions-tredaniel.com/nouvelles-histoires-vraies-danimaux-exceptionnels-p-5662.htm

http://www.editions-tredaniel.com/la-naturopathie-pour-mon-chat-et-mon-chien-p-5250.html